Comme de nombreux nouveaux arrivants à Ottawa, Majed Al Yamorry, s’est tourné vers le programme de parrainage du Centre catholique pour immigrants pour l’aider à s’adapter à sa nouvelle vie et à s’intégrer. Grâce à ce programme, l’ingénieur de 74 ans, originaire d’Irak, a été parrainé par Bruce Grant et Mike Brosseau.

« Je suis arrivé au Canada en avril 2015 et j’avais vraiment besoin d’aide pour améliorer mon anglais », raconte Majed. « Bien que j’aie appris l’anglais en 1972, j’ai été évalué au niveau trois et j’avais vraiment besoin d’un niveau plus élevé pour participer pleinement à la vie canadienne. »

« Majed et moi, nous nous sommes rencontrés régulièrement pour un café », explique Bruce, un ingénieur retraité de 76 ans. « Il m’a raconté des histoires fascinantes, assez pour un article sur lui que j’ai écrit et publié dans mon journal communautaire. J’aime voyager et me garder occupé, donc Majed et moi avions la même motivation. »

L’amitié avec Bruce a aidé Majed à comprendre la communication sur le marché du travail, le droit canadien et les bénéfices associés au bénévolat. Rapidement Majed est devenu bénévole pour le Centre catholique pour immigrants, il aide à traduire des documents de l’anglais vers l’arabe – une compétence très recherchée avec les nombreux réfugiés syriens.

Plus il s’implique dans la communauté, plus Majed se sent rajeunir. « Ne faites pas attention à mes cheveux gris » raconte en riant Majed. « Quand je suis parti d’Irak pour la Syrie puis le Canada, je me suis senti rajeunir de 40 ans! Mon conseil aux autres nouveaux arrivants est le suivant : bien que ce soit difficile par moments, ce n’est pas impossible de démarrer une nouvelle vie, peu importe l’âge. »

Ses interactions avec Mike Brossard, ingénieur retraité de 73 ans, ont permis de maintenir son intérêt professionnel vivant. « Mike ne m’a pas seulement aidé à améliorer mon anglais, il m’a aussi appris beaucoup de choses sur le métier d’ingénieur et le design au Canada et il m’a présenté à de nouveaux amis et d’autres ingénieurs. »

« J’ai l’impression qu’aider les immigrants est une tradition canadienne » remarque Mike. « Quand mes ancêtres sont venus ici, ils ont aussi été aidés par d’autres pour s’installer et s’intégrer. Le bénévolat m’apporte beaucoup. »

La vie de Majed a beaucoup changé ces deux dernières années. Il participe à des groupes de discussion avec d’autres nouveaux arrivants, étudie l’anglais et fait du bénévolat – en traduisant  et en enseignant l’arabe. Souvent il part de chez lui dans la matinée pour ne revenir que tard le soir.

Grâce à l’aide de ses deux amis, et après avoir travaillé très fort, Majed est fier d’avoir maintenant un niveau sept en anglais. Majed continue de « rajeunir » et étudiera en architecture écologique au Collège Algonquin cet automne.

Pin It on Pinterest

Share This